Laisser le choix..

Créé par le 25 nov 2009 | Dans : Non classé

Pourquoi ne pas laisser les prêtres choisir quand ils sont ordonnés, le Célibat ne doit pas être imposé !! 

Cela cause trop de dégâts, nous avons parlé dans un de nos articles des effets négatifs de ce célibat, mais il y a aussi malheureusement
la Pédophilie !!! 

 

Les scandales de prêtres pédophiles se sont succédé ces dernières années aux Etats-Unis, en France et ailleurs dans le Monde, donnant le plus souvent lieu à des accords qui ont miné la réputation et les finances de l’Eglise catholique. 

En 2007, celle-ci a dépensé, aux Etats-Unis, 615 millions de dollars, dont 526 millions pour mettre fin aux poursuites et 60 millions en frais d’avocats. 

Quelle superbe invention, le pouvoir de l’argent,  pour échapper à toutes sanctions, quand on est un « GRAND » de ce monde..Et 526 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites … 

cela ne s’appelle-t-il pas de
la Corruption ?

                                                                                       corruption.jpg

Le célibat des prêtres conduit à des attitudes hypocrites et à des situations mensongères…

Créé par le 20 nov 2009 | Dans : Non classé

Il y a des prêtres infidèles à leur promesse de célibat, c’est vrai. Comme il est vrai, que des époux sont infidèles.  Comme pour tout homme, il arrive à des prêtres de « tomber amoureux », ce qui est tout à fait normal.  Mais comme ces « prêtres » n’ont pas le droit de ressentir ces sentiments d’amour, que font-ils d’eux et de leurs pulsions pour une femme, puisqu’ils ont donné leur célibat au Christ ?! Quel difficile combat  mènent-t-ils !! Celui-ci s’avère long. 

Le temps va passer et il va s’installer une situation mensongère, stressante, déprimante et angoissante, ce qui n’est pas la solution pour un prêtre amoureux et devenu, souvent, le père d’un enfant qui devrait assumer toutes ses responsabilités. 

 Et quand des soupçons sont portés sur un prêtre parce que quelqu’un a repéré sa relation avec une femme, cela ce complique énormément. Au risque que celui-ci soit « muté » ailleurs, loin, loin de celle qui occupe son cœur, il faut l’oublier !!!  Mais, ce que ce quelqu’un n’a pas repéré se sont les souffrances et le combat de ce prêtre et de sa compagne. 

Le prêtre a besoin d’amitiés féminines, d’amour, de vivre comme un homme. 

Beaucoup d’entre eux le revendique !! Alors, cela suffit, un peu de compréhension, d’intelligence!!! Ou bien, l’on préfère qu’il y ait des prêtres qui dépriment, se suicident, aient d’inacceptables comportement comme la pédophilie, ou se sauvent comme des voleurs en pleine nuit pour aller retrouver leur bien aimée!!!!!!

Cela n’empêche pas que, ces prêtres qui sont amoureux, soient de très bonnes personnes et respectent toujours et encore le Seigneur !!!!!

                                                                                svader.jpg

Des Prêtres malheureux…

Créé par le 19 nov 2009 | Dans : Non classé

Si le prêtre est malheureux, il doit cesser de l’être.

Il est malheureux parce qu’un conflit le ronge : le problème sexuel. S’il cède à la chair, il a du remord ; s’il ne cède pas, il est obsédé ou devient anormal. Pour demeurer fidèle il doit se forcer et se contraindre, il se sent enfermé comme dans un éteau.

Le prêtre doit être un saint, plus parfait qu’il n’est et ne peut l’être, parce que, cultivé, ayant, partout où il est, une situation en vue qui le met sur un piédestal.

Que souhaite le futur prêtre ?? Il souhaite être un Saint, c’est-à-dire un homme complet, d’intelligence, de cœur. L’église lui fait comprendre qu’elle va lui apporter cette demande. Alors, il se donne complètement, il attend cela depuis longtemps. 

Mais ce n’est que tromperies, égarements, mensonges, puissance de persuasion !!

L’Église embauche les prêtres à des conditions véritablement infernales. Elle fait tout pour les séduire et les tromper. Elle leur impose une loi terrible et garde, sur l’engagé ainsi frauduleusement embarqué, un pouvoir..  Alors, il y a des prêtres qui vont quitter leur sacerdoce pour vivre mieux et des prêtres qui vont tomber amoureux d’une femme et partir, par la suite, ce qui est compliqué, pour se marier et vivre librement leur amour…..                                                                                dlivrance.jpg

En 40 ans, près de 70.000 prêtres ont quitté l’Eglise!!

Créé par le 18 nov 2009 | Dans : Non classé

En 40 ans, 69.063 prêtres ont quitté le ministère. 

Les causes d’abandon :  la majeure partie des demandes de dispense est due à des situations d’instabilité affective , de rencontre amoureuse, de dépression , de grave limite de comportement , de crise de la foi ,  de conflit avec des supérieurs ou de difficulté avec le magistère. 

Ce qui est grave, c’est que, certains prêtres font pression pour être réadmis au sacerdoce, mais sans aucunement vouloir abandonner leur vie de prêtre marié, une chose que l’Eglise ne peut accepter. Bon nombre d’entre eux vont alors exercer dans les confessions protestantes ou dans les sectes !!!! 

Le 16 novembre 2006, une réunion demandée par le pape au Vatican s’était en particulier penchée sur les requêtes de dispense de l’obligation au célibat, présentées ces dernières années, et sur la possibilité de réadmission au ministère.. Mais malheureusement, le célibat des prêtres en est au même point, sans succès !!!!!

                                                                       vatican.jpg

 

 

Le célibat des prêtres dans le Monde :

Créé par le 17 nov 2009 | Dans : Non classé

 

 

 - Suisse : campagne contre le célibat des prêtres 

Les prises de position pour l’abolition du célibat obligatoire des prêtres et pour l’ordination des femmes se multiplient en Suisse. 

  - Brésil : le célibat des prêtres contesté au sein de l’Eglise

Le Brésil est le pays de la planète qui compte le plus de catholiques Avec 70% de sa population adhérant au catholicisme, soit 120 millions de croyants sur 170 millions d’habitants, le Brésil est le pays de la planète comptant le plus grand nombre d’adeptes de cette religion. 

- Etats-Unis : des milliers de prêtres renoncent au sacerdoce 

Des milliers de prêtres ont renoncé à leur sacerdoce, beaucoup pour se marier, et dans la pyramide des âges du clergé, le grand creux est celui de la génération des 45-55 ans. 

- France : chute d’ordinations de nouveaux prêtres 

Dans un pays comme la France, le nombre d’ordinations de nouveaux prêtres est proche de cent par an, contre plus de mille dans les années 1950. Sur 20.000 prêtres, ils sont 13.000 en activité. Ils ne seront plus que … 4 500 en 2015, pour cause de départ, entre autre pour une vie amoureuse. Le nombre des séminaristes est en chute libre: depuis l’an 2000, ils sont moins de 1 000 et n’étaient que 756 en 2007-2008….

 

 

                                                                          monde.gif

 

                                                                                        

Le pape François reconnaît que le célibat des prêtres n’est pas un dogme

Créé par le 11 juil 2014 | Dans : Non classé

Le pape François a affirmé que « le célibat des prêtres n’est pas un dogme » dans l’Église, tout en défendant sa valeur, alors que l’ordination d’hommes mariés est une revendication de certains catholiques.

Ouvert à la discussion

Dans une conférence de presse dans l’avion qui le ramenait de Jérusalem dans la soirée de lundi, interrogé sur le point de savoir s’il serait possible d’ordonner des hommes mariés, François a d’abord répondu que le célibat des prêtres est « un don pour l’Église ». Il y a des prêtres mariés dans l’Église, a-t-il par ailleurs relevé, citant entre autres les Anglicans ralliés à Rome, les Coptes catholiques, certains prêtres d’Églises orientales.

En affirmant que le célibat des prêtres « n’est pas un dogme », François a semblé ouvert à une discussion sur ce sujet, laissant une porte ouverte. L’Église et notamment Benoît XVI  a déjà affirmé que ce n’était pas un dogme, comme l’est par exemple la foi dans la Résurrection du Christ.

Ce qui est parfois suggéré est la possible ordination de viri probati, d’hommes mariés notamment à la retraite et très engagés au service de l’Église, qui voudraient devenir prêtres. Il n’a jamais été envisagé par contre que des prêtres puissent être autorisés canoniquement à se marier….

 

            

    

 

 

 

 

Mgr Pietro Parolin

Créé par le 06 déc 2013 | Dans : Non classé

Mgr Pietro Parolin, nouveau bras droit du Pape, rappelle que cette tradition dans l’Église catholique ne relève pas d’un dogme.

<a href= »http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287331/19567/S/[timestamp]/? » target= »_blank »> <img src= »http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287331/19567/S/[timestamp]/? » border= »0″ alt= »" /> </a>                     
Ce n’est pas la première fois qu’un homme d’Église évoque une évolution possible du célibat des prêtres. Mais l’interview donnée en ce sens dans le quotidien vénézuélien El Universal par Mgr Pietro Parolin, qui quitte sa fonction de nonce apostolique dans son pays pour devenir, le 15 octobre, Secrétaire d’État du Saint-Siège, donc numéro deux du pape François, fait sensation. Il ne dit pourtant rien de révolutionnaire, et reste d’une grande prudence. Mais il reconnaît que le débat du célibat des prêtres pourrait être ouvert dans le cadre du nouveau pontificat. Comme il l’a été, du reste, dans l’enceinte du pré-conclave en mars dernier entre cardinaux, alors qu’ils traçaient la feuille de route du pape qu’ils allaient élire. Le manque de prêtres commence en effet à toucher les pays les plus catholiques comme l’Espagne et l’Italie, ce qui ramène sans cesse cette question sur le tapis….
parolin2_720[1]

Bonjour a tous

Créé par le 05 juin 2013 | Dans : Non classé

N hesitez pas a laisser vos commentaires !!!!

Combien de curés enfreignent-ils la règle du célibat? Chhhut

Créé par le 31 jan 2013 | Dans : Non classé

Combien de prêtres catholiques trouvent-ils l’amour dans les bras d’une femme –ou d’un homme? Les statistiques sont aussi absentes que le débat est bloqué.

Entre Dieu et une femme, il faut choisir. Ou mentir…
L'ordre de la fraternité de St Maria de Loreto, à Pâques en avril 2009.

J’ai quitté la prêtrise par amour..

Créé par le 11 oct 2011 | Dans : Non classé

 

 
 

Le célibat des hommes et des femmes d’église… un débat qui n’est pas prêt de se régler. Un ancien prêtre qui nous parle du choix qu’il a fait: quitter les ordres pour l’amour d’une femme.

«À partir des années 70, il y a eu une grosse vague de sortie des hommes et des femmes du sacerdoce et de la vie religieuse. Cela s’est passé en même temps que la révolution tranquille. J’ai demandé ma laïcisation à Rome en 1978 et j’ai été très chanceux, car la même année, le pape Jean-Paul II arrivait et il en a refusé beaucoup! Si bien que je connais plusieurs anciens confrères qui sont partis sans crier gare et qui se sont mariés civilement.» Comment arrive-t-on à tout quitter après vingt-neuf années pour se lancer dans l’inconnu? «J’ai toujours été un prêtre contestataire, assez rebelle. Quand je suis sorti de ma formation de jésuite, j’ai réalisé que l’église était déphasée par rapport à la vraie vie. J’ai souvent été choqué par le discours officiel de l’église. Quand le pape Paul VI a condamné la contraception par exemple, j’étais dans tous mes états. Saint Augustin a écrit des choses épouvantables sur la sexualité et le mariage. Aujourd’hui encore, je suis contre plusieurs décisions de l’Église: exclure des sacrements les divorcées, condamner les gays… On ne choisit pas son orientation sexuelle! Mais malgré tout, j’étais heureux. J’ai été nommé dans une paroisse, qui, par la force des choses, m’a amené à devenir animateur d’une communauté de 200-300 personnes et donc à être en contact avec des femmes. Même si le prêtre fait voeu de chasteté, il n’en demeure pas moins un homme… »

J'ai quitté la prêtrise par amour.. shim  
img-big-box-advert

  

 Un autre type d’amour :

«Un jour, en vacances, j’ai rencontré une femme dont je suis tombé amoureux. Le sentiment que j’ai éprouvé était tellement fort que pour la première fois, j’ai su que je devais sortir des ordres. Non seulement, il y avait cette femme, mais il y avait aussi toute ma contestation.» Ironie du sort, le temps que Guy Daoust demande – et obtienne – sa laïcisation, la femme dont il est amoureux le quitte. «Mais c’est ce même été que j’ai rencontré Micheline, qui est aujourd’hui mon épouse.» Perd-on un peu de sa foi quand on défroque? «Absolument pas. Je demeure très attaché à ma foi. D’ailleurs, quand on a été prêtre un jour, on le demeure toujours, puisque, par exemple, je peux encore donner l’absolution à quelqu’un en danger de mort. J’ai quitté le sacerdoce pour vivre une plus grande cohérence avec les autres, avec Dieu et avec moi-même. Vous savez, au cours de l’histoire, les prêtres ont été mariés durant mille ans. Les apôtres étaient aussi des hommes mariés. C’est certain que le célibat des prêtres est pratique quand ils doivent s’exiler en pays de missions. Seulement, je connais des gens qui sont attirés par la prêtrise, mais qui ont besoin d’une compagne dans leur vie affective. Je pense que l’église va un jour revenir sur le célibat des prêtres, mais ça devient urgent! Il est vrai que depuis quelques années, elle fait des progrès certains. Elle annule plus facilement des mariages, et il y a des paroisses qui sont largement administrées par des femmes!»

TEMOIGNAGES : pour ou contre le célibat des prêtres

Créé par le 22 juin 2011 | Dans : Non classé

« Le célibat n’a jamais été l’élément référenciel de l’exemplarité. l’attirance pour une âme soeur ou la vie en couple ne doivent pas faire obstacle à la démarche d’enseigner la foi chrétienne; dénoncer les injustices du monde et agir en conséquence… le problème est tout autre parait-il; comment le prêtre peut-il subvenir à l’allocation de sa famille? »

X

« Bien sûr qu’il faut autoriser le mariage des prêtres. d’autant que cette interdiction de se marier est dûe à des raisons « bassement » financières prises en compte il y a quelques siècles…comme tout le monde ne sait pas!!!  »

Caterina

« Oui, je suis pour : les prêtres vivent dans le monde à nos côtés et une vie saine de famille ne peut à l’exemple des pasteurs qu’être bénéfique pour eux et nous les rendre plus proches partageant les mêmes préoccupations. Cette mesure pourrait être assortie de limites afin de ne pas avoir des prêtres divorcés en n’acceptant par exemple que la séparation ou l’annulation du mariage. par contre les moines ou religieux vivant en communauté devraient t eux rester célibataire pour une vie consacrée … Les prêtres de nos campagne, ici en Bretagne connaissent une vraie solitude maintenant qu’ils sont seuls dans d’immenses presbytères vides et on comprend que les vocations ne se bousculent pas !!  »

Anne-Yvonne

« Bien sûr qu’il faut autoriser le mariage des prêtres, ne serait-ce déjà que pouir une harmonisation de l’église chrétienne,les protestants, les orthodoxes l’autorisent bien. Le drame de l’église catholique est son rapport à la sexualité, elle a toujours fait abstraction du corps pour privilégier soi-disant « l’âme ».Or un être humain est à considérer dans toute sa dimension, physique, psychique et spirituelle. Et, une sexualité épanouie contribue au bien-être de l’homme. Un prêtre marié aura aussi une autre approche dans son écoute de l’autre avec ses soucis familiaux, l’éducation des enfants etc.. On ne peut parler que de ce que l’on vit, expérimente… »

Kawakia

« Fort heureusement aujourd’hui, il n’est plus obligatoire d’être catholique pour vivre sa foi chrétienne, il y a des églises protestantes et évangéliques où les pasteurs sont mariés et ça ne leur enlève rien, au contraire c’est un plus : ils partagent notre condition d’hommes mariés, de pères de famille. Ils comprennent sans doute un peu mieux que le curé du village nos problèmes, ils ne sont pas en dehors de la vie et ils ne sont pas de moins bons serviteurs de Dieu. Aujourd’hui, l’Eglise Catholique doit effectivement se renouveler… ou disparaître. Le mariage des prêtres est presque un point de détail dans un immense chantier de réformes à faire. Reste à savoir si les fidèles auront la patience d’attendre ce renouveau qu’ils peuvent déjà trouver ailleurs !  »

Gvano

« La fonction essentielle du prêtre qui est de rassembler la communauté, de célébrer l’eucharistie et de la renvoyer ensuite vers les lieux de vie de chacune de ses composantes reste essentielle. Le prêtre dans son célibat est heureux. Oui au célibat..

  »La faiblesse institutionnelle est aussi une grâce »c’est un des grands apports du concile Vatican II; « la manière d’y rester fidèle c’ est d’être humble pauvre et ouvert »

Guy

« Je suis à fond pour le mariage des prêtres. Si des hommes veulent rester célibataires pour être plus disponibles ou parce qu’ils trouvent leur plénitude en Dieu , c’est très bien, mais combien souffrent de leur isolement affectif et de leur difficulté pour se trouver de plain-pied avec les couples qu’ils rencontrent. Quel que soit leur état civil, les prêtres ne seront jamais les clones de Jésus. Ils ont à être bien dans leur peau afin de pouvoir faire croire que Dieu veut les hommes qu’il a créés heureux, libres de choisir le style de vie correspondant à leur aspiration.L’Eglise a trop voulu formater les membres du peuple de Dieu. Renoncer à une vie affective et sexuelle pour ceux qui se sentent appelés à être témoins de l’amour de Dieu ne devrait être que le fruit d’un libre choix et donc dissociable du sacerdoce consacré. »

Maryleine

 

Mon père prêtre !!

Créé par le 03 mai 2011 | Dans : Non classé

Pierre Leherle

Que se passe-t-il lorsqu’un enfant qui ne l’a jamais connu ou qui ne sait rien de lui, découvre que son père est prêtre ? Surprise, colère, ces enfants du silence ont mis du temps à connaître la vérité et aujourd’hui, ils ont décidé d’en parler sans tabou. Amoureuses d’un homme d’église, fidèles et silencieuses, les femmes, les mères,  elles-aussi ont décidé de briser le silence.

 

« On considère qu’au moins 40% des prêtres actuels en France on mené ou mènent une double vie cachée. Je suis contre le fait qu’il y ait des prêtres qui soient écartelés entre le célibat et leurs sentiments pour une femme« . Marc Bradfer a 44 ans. Il est l’avant-dernier d’une fratrie de huit enfants. C’est après la mort de sa mère, l’année dernière, qu’il a décidé de publier l’histoire de ses parents. C’est la première fois en France qu’un fils de prêtre prend publiquement la parole. « Cinq ans après la mort de mon père, un de mes frères m’a dit : tu savais que Papa était prêtre ? J’étais surpris… ce mot ouvrait la porte d’une vérité familiale cachée parce que la vie familiale avait été difficile pour mes frères et sœurs et pour moi-même et aussi pour mes parents. (…/…) Mes parents se sont rencontrés à l’église de Fourmie  petite ville industrielle du Nord. Ma mère était fille de notable. Elle avait 19 ans. Ils se parlaient d’amour dans le confessionnal. Ma mère, dès la première étreinte, le 2 mars 1943, est tombée enceinte. Là mon père a été placé devant un cruel dilemme : soit il quittait l’église avec la femme qu’il aimait et l’enfant qu’elle portait. Soit, il ne quittait pas l’église mais il se séparait de cette femme sans reconnaître cet enfant. Il a choisi la solution la plus conforme à ses sentiments, à sa volonté et à celle de ma mère bien entendu. Il n’a jamais été relevé de ses vœux. Ma mère en a beaucoup souffert. Elle savait qu’elle avait pêché. Le poids du péché de la chair a poursuivi mes parents jusqu’à leur mort et ce poids de culpabilité a entraîné tout le silence que j’ai dénoncé par la suite.« 

 

Après la publication de son livre, Marc a rejoint l’Association Plein Jour créée il y a cinq ans par des compagnes de prêtres. A 59 ans, Elisabeth Szen en est la présidente. Mère de trois filles et divorcée, elle vit une relation clandestine depuis 15 ans avec l’aumônier de son ancienne paroisse. « Il y a d’abord une rencontre et après on prend conscience des sentiments. Ca a évolué relativement vite J’ai eu une éducation très traditionnelle. Pour moi un prêtre c’était un extra-terrestre, quelqu’un qui vit comme un eunuque, qui n’a pas de sexualité. Je sentais qu’il y avait une réciprocité. C’était très perturbant. La culpabilité… c’est lui qui m’a dit : mais ce n’est pas un péché d’aimer un prêtre. Venant d’un prêtre ça m’a délivrée en quelque sorte. » Elisabeth n’a rien révélé à ses parents mais a fini par en parler petit à petit à ses amis proches et « mes amis sont devenus ses amis. Mais je ne connais pas les siens. Ca m’amène à me dire : qui suis-je pour lui ? La double vie me fait souffrir et en tant que chrétienne je trouve que ce n’est pas honnête de cacher ça. Je pense que ce serait une grande souffrance pour lui d’avoir à faire un choix. Je l’aime. On est un couple qui dure… et ça m’aide à vivre  » « Lui aussi il l’aime »  lui affirment ses filles en chœur.

 

A 34 ans, Sophie, catholique pratiquante  a rencontré le père de son fils lors d’une activité paroissiale. Olivier sait depuis toujours qui est son papa et  » pense que c’est pas bien qu’il ne puisse pas se marier ». Quelques rares amies connaissent sa situation et la soutiennent. « Au début on vivait ça sans se poser de questions. Le côté prêtre je l’avais carrément occulté. J’étais amoureuse de l’homme point final. »  C’est ensemble qu’ils décident d’avoir un enfant et, à la naissance d’Olivier : « là j’ai commencé à réaliser que les choses ne seraient pas totalement équilibrées. »  Olivier n’est reconnu par son père qu’à l’âge de 6 ans. « A partir du moment où il garde son anonymat, il n’y a pas de sanctions prises contre lui. Toute cette partie cachée c’est aussi pour ça que notre relation s’est vite dégradée. Ca a été longtemps de la colère, maintenant ça passe parce que j’aime mon enfant… c’est un vrai cadeau. »  

 

Olivier a 33 ans et est l’aîné de trois enfants. En 2003 son histoire a défrayé la chronique. Brisant la loi du silence, il dépose dans les boîtes aux lettres des paroissiens de son père, un texte où il révèle la double vie du prêtre. Pour la première fois, il accepte de raconter pourquoi. « J’ai eu une enfance assez heureuse mais j’ai eu un manque au niveau de mon père parce que je ne l’ai jamais connu. En 1990, j’avais 20 ans, à la suite du décès d’un grand-oncle j’ai découvert des papiers qui lui appartenaient. Il était lui-même prêtre et informait l’évêque de ce qu’il avait découvert à l’époque. Ca m’a fait mal. J’étais pas préparé à ça. J’ai écrit une lettre à mon père pour lui dire que j’avais découvert qui il était. » Après une vague réponse de ce père qui le met en colère, Olivier décide de rendre l’affaire publique. Presse et télé relaient l’information… le prêtre est mis à la retraite et sommé par son évêque de reconnaître ses trois enfants. « J’ai envie de rester caché pour des raisons personnelles et professionnelles surtout. J’ai du mal à parler de ma vie Dire : mon père c’est un curé, c’est pas facile à dire. »

Monseigneur Boulanger a dû affronter la tempête médiatique déclenchée par les révélations d’Olivier. « J’ai vu un prêtre de 80 ans pleurer devant moi.  se souvient-il. Il y a eu des blessures. Les jeunes prêtres l’ont fortement ressenti. (…/…)On ne peut pas donner sa vie à la fois  pour une femme et pour un peuple tout entier.  Il est possible qu’un jour l’église reconnaisse des prêtres mariés.« 

 

Pierre et Sylviane ont fêté ce qu’ils appellent leurs « noces d’argent ». Depuis 27 ans, ils passent dimanches et vacances ensemble. Ils ont accepté de témoigner cachés  « je continue d’exercer un ministère.  Peut-être que les gens seraient d’accord mais je n’en prends pas la décision.  » « J’ai deux enfants d’une première union qui sont au courant de la situation mais qui n’ont pas envie que ça se sache. Notre situation reste une situation tabou et ils n’ont pas envie d’être montrés du doigt. A partir du moment où il a revêtu son aube ce n’est plus mon mari. Je fais bien la différence entre l’homme que j’ai chez moi et l’homme qu’il est à l’église. J’aurais aimé avoir un enfant avec Pierre.  Mais être enfant de prêtre dans notre société c’est une situation épouvantable. C’est uniquement à cause de la société qu’on n’a pas eu d’enfant ensemble. Je me suis dit : nous nous aimons mais nous n’aurons pas d’enfant ensemble » « Je ne vois pas comment je peux être sérieux avec un enfant de moi en lui disant : tu es le fils ou la fille d’un curé.« 

 

Marc Bradfer et Olivier ont souhaité se rencontrer. Pour Marc, « On commence à parler à visage découvert. On passe de l’obscurité à la lumière et l’église devra être éclairée par nos témoignages puisqu’elle est si apte à proclamer la vérité, il faut aussi qu’elle soit capable de l’entendre. C’est son avenir et ça sera peut-être celui d’autres parents qui ressembleront aux nôtres. » « On est déjà deux, peut-être qu’on sera 3, 4 ou 5 dans plusieurs mois… on verra bien » espère Olivier..

Célibat des prêtres 2011..

Créé par le 18 mar 2011 | Dans : Non classé

Plus de 140 théologiens allemands, autrichiens et suisses ont signé un texte un peu particulier : la pétition demande une réforme de fond de l’Eglise catholique. Fin du célibat, ordination des femmes, acceptation de l’homosexualité, entre autres…

Cette fois, tout est mis sur la table. Les derniers tabous de l’Eglise catholique, en somme : le célibat des prêtres, l’ordination des femmes… Et ceux qui en parlent ne sont pas n’importe qui.

Plus de 140 théologiens allemands, suisses et autrichiens ont signé une pétition, qui appelle à une réforme de fond de l’Eglise de Rome.
Intitulée « Eglise 2011 : un renouveau indispensable », elle est parue hier dans le quotidien allemand
Süddeutsche Zeintung.


Les 143 signataires, pour la plupart enseignants dans des universités germanophones, estiment que 2011 doit être l’année d’un nouveau départ pour l’Eglise. Parce que l’an dernier a vu un nombre sans précédent de fidèles quitter l’église catholique.
Une fois ce préalable posé, le texte entre dans le vif du sujet : “L’Eglise a besoin de prêtres mariés et de femmes pour occuper les postes de l’église” et il ne faut pas qu’elle rejette “ceux qui partagent amour, fidélité et peines réciproques au sein d’un partenariat de même sexe, ou ceux divorcés qui décident de mener une vie responsable au sein d’un nouveau mariage”
.


c32c35701.jpg

Confession d’un prêtre vieillissant..

Créé par le 10 jan 2011 | Dans : Non classé

 » J’étais très jeune quand je suis entré au sacerdoce.

Lorsque je suis entré dans la vie religieuse, je n’ai pas trop penser à la façon dont le célibat était imposé..

Je suis tombé amoureux, vraiment tombé en amour avec une femme, une religieuse. Cette relation s’est développée.

j’ai senti que je l’aurais épousé.  Mais les choses ont pris un tour différent.Elle était très professionnelle et fortement influencée par une autre religieuse.

Je crois que les prêtres devraient avoir le droit de choisir ou non de vivre une vie de célibat. Jésus aimait les femmes. J’aime les femmes. Parce que je vieillis, j’ai une certaine mesure de la tournure des événements, et j’ai mal au coeur pour ce que j’ai raté. Une femme, un enfant, une maison.  La femme que j’aime me disant que je mérite de revenir à la maison après une longue journée de stress, une femme qui vous murmure des choses réconfortantes à votre oreille … non pas se retrouver dans une petite chambre avec seulement mes livres et quelques verres de whisky pour la compagnie !!!

Dans mon coeur, je sais que j’aurais fait un bon mari, mais maintenant je suis trop vieux pour changer mes habitudes.


 Si j’avais ma propre maison, les choses pourraient être différentes pour moi.  Mon rêve aurait été d’avoir un espace privé où vivre mes derniers jours.. Je pense que chaque jour que j’aurai pu passer dans ma propre maison aurait été les plus heureux jours de ma vie !! « 

Père P.

mainsvieillesse12256226431.jpg

Créé par le 06 jan 2011 | Dans : Non classé

meilleursvoeux201111.jpg

123456

Ernestine |
CultISport |
CHAT DE GOUTTIERE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Puce à l'Oreille
| montigny mafia
| amorocan andiana weblog